TERRORISM IN FRANCE? Le clown triste de Matignon – Chronique hebdomadaire de Philippe Randa

By

I wish to thank Mr. Philippe Randa for this critical and sarcastic chronic.

 

—-

Le clown triste de Matignon

Chronique hebdomadaire de Philippe Randa

 

Chaque été, on y a droit, au monstre du Loch ness, brassardé à la croix gammée…

Soit l’annonce de la résurgence du nazisme, avec, autant que possible, moultes milices bottées-casquées, sur fond d’Internationale noire prête à répandre « la haine et l’exclusion » à travers le continent et à faire couler le sang dans tous les caniveaux de nos joyeuses citées, de preference les plus cosmopolites…

Certes, de néo-nazis, on n’en montre guère, beaucoup moins en tout cas que de futés reporters ou de fins limiers, spécialisés dans la traque des prochains criminels contre l’Humanité, mais qui nous assurent tous avoir bel et bien vus celui ou celle qui a vus celui ou celle qui les a vus eux ou elles !

C’est en quelque sorte une tradition et pas seulement française, rythmée par la chanson :

« Il court, il court, le facho

Le facho de l’été, mesdames,

Il court, il court, le facho

Le facho de l’été joli. »

Cette comédie était jusqu’alors programmée avant la première étape du tour de France et oubliée dès les grands départs du 15 juillet, date à laquelle tous les Français se moquent de tout en général et du retour de la Bête immonde en particulier.

Cette année, c’est au beau milieu de la Petite Reine(1) qu’on y a droit et, crise oblige, sans doute, même les complots hitlériens ne sont plus ce qu’ils étaient. On commence même directement, sinon par la chanson, du moins par un chanteur. Même pas français : Norvégien, celui-là, avec tout de même un beau nom viking : Kristian Vikernes ! Marié à une Française, c’est un auteur-compositeur de black metal, genre musical assez bruyant, ayant fort peu de rapport avec les valses viennoises, néanmoins plus supportable que le Rap, entre autre parce que moins répandu sur les ondes…

Les fins limiers de la lutte anti-terroristes, au courant que le personnage avait été « l’un des 530 destinataires du manifeste extrémiste de Breivik, qui a tué le 22 juillet 2011 en Norvège 77 personnes » surveillait tout particulièrement ce viking-là, prouvant ainsi qu’ils ne réservaient pas leur redoutable attention qu’aux seuls chameliers suspects de nos paisibles contrées.

Alors, lorsque madame Vikernes, mère au foyer de son état, mais «  tireuse sportive dans le Limousin » à ses heures,  a « acheté quatre armes longues, des carabines 22 long rifle », les inspecteurs Bourrel de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) se sont écriés en chœur : « Bon Dieu ! Mais c’est… Bien sûr ! »(2)… C’est direct le placement en garde-à-vue du couple infernal au commissariat de Brive-la-Gaillarde pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste », tandis que Manuel Valls, ministère de l’Intérieur, toujours prêt à ce « qu’ils ne passent pas », s’emballait en soulignant que « cet individu était susceptible de préparer un acte de terrorisme d’envergure », même si, comme il devait le reconnaître très vite, Vikernes n’avait « ni cible ni projet identifié. »

C’est ballot, tout de même !

Ballot comme le permis détenu par l’épouse pour acquérir légalement des carabines…

Ballot comme l’explication donnée par le couple pour l’acquisition des pétoires en question : adeptes du survivalisme, ils préparent tout simplement leur survie dans un Futur qu’ils prévoient plus « âges farouches » que « paradis terrestre »… tout comme quelques centaines de milliers d’adeptes de cette théorie à travers le Monde…

Ballot comme la condamnation officielle par Monsieur de l’acte d’Anders Breivik dont il se moqua en son temps du « sacrifice » en des termes sans ambiguïté : « Pauvre Breivik qui ne peut pas jouer à World of Warcraft depuis sa cellule. Je te souhaite de te tuer. Tu as tué plus de Norvégiens que de musulmans dont tu pretends nous protéger des crimes. »

Ballot comme les témoignages des habitants de Salon-la-Tour, en Corrèze, dont aucun n’a jamais deviné l’extrême dangerosité de voisiner avec ce couple-terrible… dont le père trompait si bien son monde en saluant courtoisement ceux qu’il croisait, lorsqu’il se promenait avec chien et enfants…

Ballot enfin comme l’absence de « projet d’attentat précis »…

Ballot donc de faire prendre des vessies pour des lanternes, soit de nous repasser sempiternellement les mêmes navets chaque été… qui ne sont même plus réchauffés, mais cramés.

« Il court, il court, le clown

Le clown de l’été, mesdames,

Il court, il court, le clown

Le clown triste de Matignon. »

 

Notes

(1) Surnom donné à la bicyclette en général et au Tour de France en particulier.

(2) Allusion à la célèbre série télévisée française Les Cinq Dernières Minutes, créée par Claude Loursais  en 155 épisodes étalés sur trois générations. Le commissaire Antoine Bourrel et son adjoint Dupuy recherchaient les indices qui permettaient à chaque épisode de découvrir le coupable dont le nom était dévoilé après que Bourrel s’exclamait : « Bon Dieu ! Mais c’est… Bien sûr ! »… Ayant déjà fait allusion à cette série, j’en profite pour apporter la précision suivante : « Et non pas “Bon sang !”, expression que l’on ne retrouve sur aucun épisode publié, mais qui en revanche est celle utilisée dans divers pastiches de cette émission dont ceux imaginés par Gotlib dans la Rubrique-à-brac » (sources : http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Cinq_Derni%C3%A8res_Minutes)

 

Voir également la contribution de Philippe Randa sur www.bvoltaire.fr : « Perturber le 14 juillet : une bien mauvaise idée ! »

 

 

© Philippe Randa est écrivain, chroniqueur politique et éditeur ( www.francephi.com). Ses chroniques sont libres de reproduction à la seule condition que soit indiquée leurs origines, c’est-à-dire le site www.francephi.com, « Espace Philippe Randa ».